Comment avoir confiance en soi…

…et faire que ce soit la première chose que les autres voient en vous.

8 JOURS AVANT NOËL
Petite, on ne peut pas dire que j’avais confiance en moi, mais en tout cas, parler en public n’était pas un problème pour moi. Ça a été le cas jusqu’à la fin de ma sixième. Ça c’était le cas avant mon harcèlement scolaire. Arrivée en cinquième, les gens avec moi ont été pire qu’ils ne l’ont été avant, j’ai toujours vécu une forme d’intimidation et ce, dès la maternelle. Ma classe, durant tout le primaire, était la moins garnie de toute l’école. Nous étions huit contre une vingtaine chez les autres classes. Mais on a toujours partagé la salle avec soit la classe en dessous de nous, soit la classe au dessus de nous. Au final on était comme une grande classe. Mais j’aurais préféré être sans eux, la classe du dessus, c’est à cause d’eux que tout a commencé. Et ça a continué jusqu’au collège, jusqu’à ce qu’à dépôt de plainte parce qu’un soir j’ai explosé devant mon père, sinon je gardais ça pour moi. Et c’est tout sauf ce qu’il faut faire. Parce que ça bouffe et ça réduit à néant.
Mais là n’est pas le sujet, j’introduisais comment j’ai perdu confiance en moi.
Depuis, nous avons déménagé avec ma maman dans le Rhône-Alpes, et me voilà à présent faire ma vie seule avec mon chéri sur Chambéry, où va le temps ?

Je vais exposer cet article sous cinq grands points.

ENTOUREZ-VOUS DE BONNES ONDES, DE BONNES PERSONNES

J’ai mis un terme à certaines relations dans le passé, et même encore présentement. Les relations toxiques n’ont rien de bon. Ce sont ces mêmes personnes qui vous rabaissent 24/7, qui se disent être vos ami.es, qui seront toujours là pour vous mais au final quand vous avez besoin d’eux, l’horizon se fait vide, ce sont ces mêmes personnes qui crachent sur votre dos et nient quand vous découvrez la vérité. Et elles sont capables de bien pire. Ce n’est pas facile de stopper cette relation quand nous sommes attachés à cette personne, mais avec le temps qui passe, nous pourrons nous remercier. Cette personne ne vous apportait rien de bon, elle ne faisait ressortir en vos que votre côté obscur, vous savez, ces choses dont vous n’oserez jamais faire en temps normal mais avec elle c’est pas grave ? Et que vous regrettez dès le lendemain. Cette personne vous rendra tristes, voire agressifs. C’était mon cas, je m’en prenais à ma famille de ce que je vivais quotidiennement. Dès que tout cela s’est stoppé, c’est comme si je revivais, malgré la douleur encore bien ancrée et le vide en soi. Le vide de penser que l’on n’a plus personne, que l’on est seuls. Mais nous ne sommes jamais seuls. Les personnes qui vous aiment profondément pour ce que vous êtes seront toujours là pour vous, qu’importe ce qui arrivera. Entourez-vous de ces personnes et uniquement ces personnes. Entourez-vous de ces personnes dont l’amour porté est réciproque. Entourez-vous de toutes ces bonnes ondes pour briller. Entourez-vous de personnes inspirantes, vous serez dans le même état d’esprit qu’elles. Entourez-vous du bon et du bien, uniquement du bon et du bien.

NE FUYEZ PAS LES REGARDS

C’est l’une des choses les plus importantes que j’aurai à vous conseiller. Arrêtez de vous préoccuper du regard des autres, comme on dit : peu importe ce que nous ferons, nous serons toujours jugés. Alors à quoi bon se priver ? Portez votre tête haute et votre regard sûr, autrement dit : votre plus belle tenue. À l’heure actuelle, à premier regard, on me définit comme une personne qui est sûre d’elle et qui n’a besoin de s’entourer de personne d’autre pour exister. C’était important pour moi de dégager cette certitude après ce que j’ai vécu. Et je suis fière que ce soit la première impression que je dégage. Plusieurs amis m’ont déjà dit “quand tu entres dans un endroit, on te distingue immédiatement, on ne remarque que ta démarche assurée et ton air hautain… un bon air hautain bien sûr”, c’était lors d’une soirée autour d’une table basse à picoler, le moment où tous les ressentis ressortent et les plus beaux compliments se font ! J’aime dégager cet air hautain, il n’est plus apeuré comme auparavant. Comme les amis le disaient, ce n’est pas un mauvais hautain, on sait qu’on peut à tout moment venir me parler et que je gratifierai la personne d’un immense sourire. Il suffit de savoir doser.
J’ai acquis de cette attitude à force de remises en questions : “mais de quoi j’ai peur ? Qui sont-ils pour me juger et penser mieux me connaître que moi ? Qui sont-ils pour se penser au dessus de moi ?” Mince Manon, montre-toi la plus intelligente, relève la tête, le regard, ne montre aucune expression et sois toi ! Je n’ai pas meilleur conseil que celui-ci. Soyez-vous !

SURMONTEZ VOS PEURS 

Je pourrais mettre ce point dans la même catégorie que le dernier, car au final c’est ce jugement de l’autre qui nous fait le plus peur. Mais ce qui nous fait aussi peur, c’est de ne pas accomplir nos objectifs, ne pas mener la vie que l’on souhaiterait, ne pas faire certaines choses par peur. Combien de choses ai-je assumé ces dernières années ? Combien de choses inattendues mais pourtant tant souhaitées ai-je accompli ? Tout cela avec un coup de boost, de la motivation et de l’indifférence : se dire que si cela ne se passe pas comme prévu alors vous n’aurez rien perdu. Tout est une question de gain. Vous apprendrez de vos erreurs pour mieux recommencer. Dans la vie, rien n’est échec. Le seul échec que vous rencontrerez sera le fait que vous n’avez pas essayé. L‘échec est le regret. Et le regret ne fait pas partie de la vie que l’on souhaite. Mettez votre peur de côté et allez postuler dans cette boîte qui vous fait rêver, arrêtez ces études qui vous rendent malheureux.se pour vous diriger vers votre rêve, allez prendre ce café avec cette personne, allez faire cette séance photos avec ces inconnus au talent débordant à première vue, envoyez ce mail à cette grande personne, osez mettre un terme à cette relation avec laquelle vous n’avancez plus, osez, osez, osez ! C’est ça, surmonter ses peurs. C’est oser.

RÉCONCILIEZ-VOUS AVEC VOUS-MÊMES ET FAITES CE QUE VOUS AIMEZ FAIRE

Je suis mon pire ennemi. C’est mon plus gros défaut. C’est encore le cas et je travaille beaucoup là-dessus. J’ai déjà fait beaucoup de chemin, mon comportement avec moi-même s’est nettement amélioré en comparaison avec trois-quatre ans auparavant. Et ceci a été le résultat de toute la haine gratuite des autres envers moi endurée. J’ai moi-même commencé à me regarder d’un œil extérieur et me questionner “mais que fais-tu ? Qui es-tu ? Te crois-tu utile ?”. Jusqu’au jour où, merde, je suis moi ! Je suis moi et je ferais ce qui me plait, ce que j’aime. J’ai constaté de nombreux changements à partir du moment où je me suis acceptée. Je me suis réconciliée, pas encore à 100%, avec moi-même et depuis je vois la vie d’un angle différent. D’un angle bien plus positif et libérateur. L’assurance en moi s’est dégagée. Pour illustrer, j’ai ressorti des photos, dont une d’un précédent blog maintenant privé.

J’avais quinze ans sur le première photo, j’étais en pleine reconstruction de moi-même (et reconstruction osseuse, je me souviens que pour cet article j’avais caché la canne et m’étais appuyée entièrement sur la seule jambe valide, ce qui joue un petit peu sur la pose), je n’osais que très peu regarder vers l’objectif, je posais banalement et la plupart du temps je cachais mon visage ou le couper carrément aux retouches.
J’en avais dix-huit sur la deuxième, ce fût un de mes premiers shootings en public, j’étais très gênée, mais j’avais déjà plus d’assurance que sur la première photo où je pose seule dans ma chambre avec un retardataire.
Sur la dernière, étant un article récent, j’approche de mes vingt ans et je n’ai aucun problème à poser comme tel devant les dizaines de passants chaque minutes. J’ignore tout simplement les regards ou, mieux, j’en ris entre deux photos. La tête toujours plus relevée.

Mon expression faciale, elle aussi, a beaucoup changé. Un peu plus d’un an sépare ces deux photos. J’ai exactement la même expression que sur la deuxième photo dans chaque instant de ma vie (je souris quand même beaucoup, mais uniquement quand je suis en compagnie). L’expression du visage joue à 80% l’assurance en soi dégagée. Les vingt derniers pour-cent sont la démarche.

Pourquoi faire ce que l’on aime est important dans la quête de confiance en soi ?
J’ai fait toute cette partie, montrant ces photos, parce que ce que j’aime faire c’est écrire sur mon blog, prendre des photos et être prise en photos et tout partager. Le blog m’a aidée à prendre confiance en moi. Sans lui, je ne sais pas à quel stade de “moi”, je serais. Certainement encore la jeune fille apeurée de mettre un pied dehors.
Alors pourquoi pas commencer à partager vous aussi vos exploits ? Vos peintures, votre voix, ou même rien que votre tenue ? Et recevoir par la suite des avis positifs, et même des négatifs, tout ne plait pas à tout le monde et heureusement. C’est aussi bon parfois d’en recevoir, tant qu’ils sont construits.

COMPAREZ-VOUS À VOUS-MÊMES

Parce qu’il n’y a pas meilleure autre personne que soi. Comme je l’avais dit dans cet article, ne vous comparez plus à cette personne que vous ne pourrez jamais être. Parce qu’elle est elle et vous êtes vous. Ayez vos propres convictions, vos propres intérêts, vos propres objectifs. Je crois en la destinée de la vie, je crois que tout arrive pour une raison et que tout est prédestiné.
À cette date, ceci devait arriver, c’était ancré et tu ne pouvais rien en changer. Tu es venu.e au monde pour exister, pour être toi de par ta personnalité, de par ton physique, de par tes rêves. C’était inscrit dans ton destin, et tu ne peux pas le changer, tu ne peux que le réaliser. Tu ne sais pas de quoi demain est fait, tu peux vite être étonné.e par un événement, te disant que c’est incroyable, inimaginable, mais au fond c’était ton destin. Je ne sais pas si tu vois clair dans mes paroles. Mais tu étais prédestiné.e pour être toi. Toi et toi seul.e. Inutile de continuer à rêver vouloir être une autre personne. Ce n’est que se mentir à soi-même !

 

J’espère avoir été claire dans mes propos. Ce genre de sujets sont ceux qui me touchent le plus. Je suis toujours malheureuse de voir quelqu’un se dévaloriser, ou quelqu’un s’anéantir de mauvaises remarques gratuites de la part d’autrui.

Montrez au monde qui vous êtes vraiment ♡

Rendez-vous sur Hellocoton !
Suivre:
Partager:

Laisser un petit mot