Tattooed Girl

“Le tatouage, c’est une oeuvre éternelle sur un support éphémère” – Pascal Tourain

Alors ça y’est, c’est fait. Je suis tatouée ! Dit comme ça, on croirait à un animal qui vient de recevoir son immatriculation dans l’oreille ! Mais je suis tatouée et heureuse.
Alors non, la série de petits articles sur le Portugal n’est pas terminée et vient à peine de débuter mais je ne pouvais pas attendre pour écrire cet article et le publier. D’autant plus qu’à l’heure où je l’écris, ma fave vient de me remarquer deux fois sur les réseaux sociaux (oui je fangirl).

Dans cet article, je vais, comme je l’avais prévu, vous parler de mon tatouage, de sa signification et pourquoi j’ai choisi ce type d’écriture. Si vous envisagez de vous faire tatouer je pourrais vous donner quelques conseils me provenant de ma tatoueuse mais aussi de moi-même et en deux-trois mots je parlerai du soin que j’y fournis.

Calm before the storm. Le calme avant la tempête. Lorsque je vous parlais de mon projet de tatouage qui se ferait à la fin août le mois passé, j’avais abordé -sur un long pavé- la façon dont se déroule ma vie depuis que je suis enfant. Je ne vais encore une fois m’étaler sur le sujet, si vous le souhaitez vous pouvez relire la partie “Mon cataclysme” au début de l’article que j’ai indexé quelques lignes plus haut.
Le calme avant la tempête car avant chaque distorsion, chaque destruction (voire auto-destruction), chaque cataclysme, chaque tempête pour rester dans le concret, il y a toujours un moment de paix et je sais à ce moment que tout va trop bien pour durer, j’en fais toujours les frais.
Si vous me suivez sur Instagram (Twitter et Snapchat, qu’importe) vous avez eu un avant-goût de ce tatouage le jour même de mon passage à l’aiguille. “Ma vie a toujours été un énorme désordre, un moment de paix juste avant une auto-destruction, un cataclysm” j’avais écrit en anglais en description. L’inscription de ce tatouage dans ma peau était une chose qui me tenait vraiment à coeur, d’autant plus pour un premier tatouage.

 


La police de l’écriture était de même importante pour moi. Je n’ai pas décidé de choisir une police banale que l’on peut trouver sur un logiciel comme Microsoft Word, une police lambda, robotisée, sans signification et surtout, sans vie. L’écriture encrée dans mon bras est bel et bien une écriture manuscrite, délaissée de tout appareil électronique. Le manuscrit est tellement plus beau, personnel et vivant. Orion Carloto détient cette écriture. Peut-être ne connaissez-vous pas encore mon amour pour cette fille que j’ai depuis deux-trois ans et qui s’est enrobé depuis l’an passé. Orion est une fille que j’admire énormément, elle a une âme et une ouverture d’esprit que l’on ne trouve presque plus au vingt-et-unième siècle, un charisme incroyable, une joie de vivre, un coeur sur la main, le sens du partage qu’on pourrait lui croire innés et bien sûr une beauté à en couper le souffle. Elle est aussi la personne qui m’inspire le plus sur cette Terre, son âme artistique au dépens. Si vous comprenez l’anglais je vous invite à aller voir ses vidéos sur YouTube, du pur art ou bien même lire ses textes sur les réseaux sociaux.
Pour mon tatouage j’ai hésité entre “calm before the storm” et “everything’s a mess” (tout est un bordel) ramenant à la même idée d’une vie déséquilibrée. La deuxième phrase provenant d’une chanson que j’aime énormément, Dream, de mon groupe préféré, Imagine Dragons. Quand j’ai vu qu’Orion avait un écrit manuscrit datant d’avril dernier de “calm before the storm” je n’ai plus hésité.
C’est un tatouage deux en un pour moi, marquant d’un côté le sens de ma vie et d’un autre une personne importante et inspirante pour moi (l’inspiration m’a toujours été très essentielle).

 

 

 

Et ça c’est la raison de mon moment fangirl plus haut dans l’article.



Vient le moment conseils. Si vous prévoyez l’aiguille sur votre peau pour la première fois, je vous conseille de commencer par un petit tatouage, vous ne savez jamais comment votre peau va réagir, ni quel seuil de douleur vous allez endurer. Pour ma part, cette partie du tatouage ne me faisait pas peur, je pense avoir déjà fait pire en perforant  d’un trou le cartilage de mon oreille trois ans plus tôt pour y glisser un anneau ! Honnêtement je n’ai stressé qu’une a deux heures avant de me faire tatouer (mais toujours pas pour la douleur, non non, pour le rendu final !) pour la douleur j’ai stressé les quelques secondes avant que l’aiguille pigmente ma peau et grande surprise quand j’ai remarqué que je ne sentais presque rien. Je n’ai vraiment pas eu mal pour ce premier tatouage si ce n’est que quelques zones qui m’étaient plus sensibles que d’autres comme pour le B ou le C. Ma tatoueuse a commencé le tatouage à l’envers avec le M de STORM et si je stressais pour la douleur c’était uniquement pour l’approche du poignet… et au final c’était l’endroit le moins dérangeant !
Après je ne veux pas vous faire sourire inutilement, chaque personne réagit différemment. Je pense faire partie de ces personnes qui ne craignent rien de la modification corporelle. Encore une fois, percer mon cartilage était presque une partie de plaisir et pour mon tatouage, quand j’ai vu qu’elle s’approchait du C et que ça signifiait que c’était bientôt terminé j’étais presque déçue (par pitié, ne me prenez pas pour une maso !). Mais je suis heureuse de cela car je suis une grande fan de la modification corporelle, alors savoir que je ne crains pas l’aiguille ne fait que nourrir mon envie de renouveler les tatouages encore et encore, ce que j’avais prévu depuis quatre-cinq ans.


(J’aime la façon dont il se recourbe à l’extérieur de mon avant-bras quand je le mets normalement “eh je suis là, ne m’oublies pas !”)

De base, mon tatouage se devait être plus petit et vraiment partir de la naissance de mon poignet, mais ma tatoueuse m’a expliqué qu’avec la pliure du poignet la cicatrisation se ferait mal, le tatouage s’effacerait bien plus rapidement avec le temps, il “s’userait”. Elle m’a donc convaincue de le commencer après cette pliure et de grandir par la même occasion l’écriture que je voyais un chouya vraiment plus petite. Si je ne suivais pas ses conseils, elle m’avait garanti que dans cinq ans (voire moins) mon tatouage se serait effacé ou alors on n’y verrait plus que des points par-ci par-là de mon poignet. De plus j’avais vu en dessous du comptoir des photos de personnes s’étant fait tatoué les intérieurs de doigts ou même d’autres parties du corps d’un tatouage minuscule qui s’était effacé avec les années. Il est important de toujours écouter vos tatoueurs, c’est leur métier, ils savent de quoi ils parlent et sont là pour faire du boulot propre et net pour durer sur le temps. Il est nécessaire d’orner leur travail en les écoutant.

Autre élément pour respecter le travail du tatoueur (et votre peau avant tout), c’est de prendre soin du tatouage comme il se doit. Normalement, votre tatoueur doit vous donner la liste des soins à fournir à votre tattoo dans les moindres détails et dans les jours à venir de l’encrage. Respectez-la de a à z, où vous le regretterez sûrement.
Au comptoir du salon de tatouage où je suis allée se trouvait un bocal plein de baumes tattoo care. Une crème hydratante de type bépanthène peut suffire mais je voulais vraiment tester ce baume qui est un travail totalement naturel et artisanal fait par une et même personne tatouée. Je vous laisse cliquer ici pour son site internet si vous souhaitez commander (dans la rubrique “Nous trouver”). Bien-sûr c’est un petit coût à mettre (12€ pour ma part pour le plus petit pot de 15ml, pas besoin de plus grand pour le petit tatouage que j’ai) mais c’est un produit uniquement visé à prendre soin des tattoos, il ne peut vous faire que du bien.

▷ Il y a dix jours que cet article devrait être publié, mais entre les recherches d’appartement (car oui je n’ai pas eu celui que je souhaitais en juillet), les papiers pour la fac et l’agence, les cartons, et surtout la reprise des cours je n’ai pas vraiment trouvé le temps de conclure cet article. Je n’avais pas d’ordinateur à portée de main pour le poster non plus. Je suis de retour en week-end chez moi depuis ce début d’après-midi et compte profiter de mes proches (après avoir terminé l’écriture de cet article) jusqu’à mon retour sur Chambéry demain en fin d’après-midi. Quand je le pourrais, je vous ferez un article sur ma nouvelle vie d’étudiante et mon ressenti.
Je vous embrasse (Dieu que vous m’aviez manqués) et vous retrouve, je l’espère, au plus vite.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Suivre:
Partager:

Commentaires

  1. 6 septembre 2016 / 5:25

    Je suis admirative devant ton tatouage, il est très beau et plein de sens ! Bisous♥

    • Manon
      Auteur
      6 septembre 2016 / 5:29

      Merci beaucoup, je suis dans le même état que toi à chaque fois que je le regarde aha

  2. 4 septembre 2016 / 2:41

    Wow c’est tellement beau. L’écriture est vraiment sublime et j’aime beaucoup cette phrase qui résume un peu la vie, puisqu’elle est imprévisible. Enfin bref, très bel article !
    des bisous

Laisser un petit mot

Newsletter
Abonne-toi pour être notifié.e de toutes les nouveautés
%d blogueurs aiment cette page :